imprimerie autocollants
Tel: +33 (0) 1 73 79 06 43
info@topautocollants.com
Accueil Societé Blog

Votre fabricant d'autocollants, d'étiquettes et services graphiques.

Impression demi-tons (3 de 6)

Autres types de trames optiques



Quoique cette opinion indique que la trame gravée ne soit pas la solution, elle est utile cependant pour faire comprendre |'action de la trame de contact. Commençant par la, nous pouvons ensuite étudier certaines formes diverses de trames quadrillées et aussi quelques types tout a fait différents de trames de verre ou optiques.

Le terme «trame optique» est applique a toutes les trames utilisées dans la camera de reproduction, qui doivent être séparées du négatif par un espace qu'on appelle «distance de trame».

Ces trames peuvent nous aider a comprendre des effets commodément explicables par la formation des pénombres ; et certaines trames spéciales sont des exemples d'efforts pour améliorer la qualité des reproductions de demi-tons, ou pour triompher de problèmes qui surgissent dans certains procédés d'impression.

L'étude des trames optiques en verre est fondamentale pour comprendre les trames de contact, car des trames de verre spécialise sont utilisées comme «trames maitresses» pour la fabrication des trames de contact.

En principe, on fait une trame de contact en exposant un film a modelé continu au travers d'une trame optique en verre a une distance de trame appropriée. Mais en pratique, c'est loin d'être aussi simple. Les modèles de fabrication sont rigoureusement commandes par des Imitées très exactes et des facteurs tels que |'exposition et l'importance de la distance de trame sont très determinants. En modifiant ces facteurs, on peut fabriquer a partir de la même trame de verre maitresse des trames de contact ayant des gammes de contraste différentes ; la forme des points peut aussi être changée en exposant a travers différents types de diaphragmes.

ll y a longtemps que l'on a découvert que le diaphragme est un facteur important dans la determination du type de point produit par la forme de l'ouverture dans le diaphragme.

De très nombreuses expériences ont été faites dans le passé avec des diaphragmes de formes différentes, et a une époque tant d'importance avait été attachée a la valeur des diaphragmes, qu'on utilisait un grand nombre de diaphragmes a ouvertures unique et multiple de formes très diverses.

Des diaphragmes de banc de reproduction du type de la Waterhouse, ont la forme de fines plaques de metal pouvant être introduites dans une fente du corps de l'objectif. Presque tous les diaphragmes a ouvertures particulières sont issus de travaux de reproduction avec trame optique, pour lesquels seulement des formes simples sont gardées pour des effets bien déterminés dans le contrôle de la forme de point.

Le centre lumineux et frange de pénombre. La distance entre la carte et la surface peut être comparée 5 la «distance de trame» dans |'appareil de reproduction.

Le diamètre apparent de soleil correspond au diaphragme de l'objectif. Le trou dans la carte ressemble a une seule ouverture d'une trame gravée. partout également lumineux, avec un bord relativement net. Mais si la carte est a une distance appropriée du mur, la tache de lumière aura un centre lumineux, diminuant d'intensité pour former tout autour un halo dégradé.

Si la carte est trop éloignée du mur la frange de pénombre devient trop grande et trop floue. Ces résultats correspondent en gros, et dans l'ordre énoncé a ceux de la trame quadrillée dans l'appareil de reproduction, Lorsqu'elle est trop proche du matériel photographique, puis ‘a la distance correcte, et enfin, trop éloignée. A la distance qui convient, et si on utilise un matériel photographique a grand contraste, les densités latentes. dégradées, engendreront des points d'une dimension bien déterminée.

Jusqu'ici, ceci n'explique qu'un seul degré d'intensité de lumiere et donc une seule dimension de point. Mais quand on applique ce principe a la camera de reproduction, l'objectif apporte plusieurs degrés différents d'intensité de lumière a un foyer a travers la trame gravée, en relation avec la quantité de lumière réfléchie depuis les diverses valeurs de teintes de l'original sur le porte-document.

Une forte lumière agissant a travers une ouverture de l'écran, produit une tache de lumière avec un centre clair et une grande frange. De faibles intensités de lumière engendrent des centres moins lumineux avec franges plus étroites.


pour une exposition des hautes-lumières, afin de créer des points carrés dans les zones de hautes-lumières. Dans ces cas-la on utilise le diaphragme carré avec ses côtés parallèles aux diagonales des ouvertures de la trame gravée.

Avec un diaphragme ayant la forme d'une fente, il est possible d'obtenir la liaison des points de croisements rien que dans une seule direction, ce qui donne un effet semblable a un demi-ton a lignes simples. Mais la méthode est rarement utilisée, et on obtient un meilleur résultat avec une trame optique a lignes simples. (fig. 2].

La formation en damier des carrés des demi-tons ‘a travers la trame quadrillée peut sembler difficile a comprendre, car les cotés de ces carrés sont a 45° des cotés des ouvertures de la trame, même quand on utilise un diaphragme rond.

Si on examine une ouverture de trame simple, l'optique géométrique indiquerait que le mécanisme de pénombres devrait former un point partiellement carré avec des cotés courbes et des coins arrondis, mais s'accordant avec l'angle d'ouverture de la trame. S'il en est ainsi, comment se fait-il que les carrés du milieu se forment a 45° des carrés des ouvertures de la trame ?

La théorie entière est compliquée, mais la clé de la solution se trouve dans le fait que les points carrés des tons moyens ne sont pas formés par l'action isolée de chaque ouverture de trame, mais par l'action combinée de nombreuses ouvertures séparées par les raies opaques.

Les nombres dépassent, augmentant l'intensité de lumière dans les zones on les coins des points se touchent. Mais ici on rappellera de nouveau au lecteur que la théorie de la formation des pénombres, bien qu'elle fournisse une explication commodément simple deJ'action des demi-tons, n'en est pas |'action entière.

On a cité la trame a lignes simples.

Celle-ci est encore utilisée aujourd'hui, mais son origine est antérieure a la trame quadrillée, qui est faite du croisement a 90° de deux trames 2 lignes simples. L'action de la trame a lignes simples est beaucoup plus facile a comprendre que celle de la trame quadrillée, car |'effet n'est que dans une seule direction, produisant des lignes parallèles d'épaisseur variant d'après les valeurs des tons de l'original. Comme toutes les trames optiques, elle est utilisée a une «distance de trame» du négatif et son action peut être considérée comme un effet de bord de pénombre en rapport avec la lumière traversant les espaces clairs entre les lignes parallèles opaques.

D'habitude la trame est utilisée uniquement en monochromie, comme traitement special pour types appropriés d'originaux, ou pour simuler une gravure sur bois.

La trame circulaire concentrique a une action semblable a celle de la trame a lignes simples, sauf que les lignes sont circulaires. C'est une autre trame a «effet particulier» et on l'emploie souvent pour diriger l'attention sur un trait caractéristique du sujet a reproduire en le faisant coïncider avec le centre de la trame (fig. 3). Un troisième type de trame spéciale est celle

a lignes ondulées. C'est une forme de trame a lignes simples, dans Laquelle la direction des lignes est onduleuse; on l'emploie aussi pour simuler Ia gravure sur bois.

Ces trames spéciales n'ont pas de valeur particulière pour nos problèmes de demi-tons en sérigraphie, mais elles peuvent toutes être obtenues en trames de contact et elles reproduisent très bien en sérigraphie. Une trame optique extrêmement intéressante est la Klimsch Allton Gradar, de création récente.

Les caractéristiques et Ies avantages particuliers de cette trame sont décrits dans un rapport paru dans le numéro de mai de la revue de cette firme, mais je suis heureux de pouvoir montrer ici une représentation de la structure quadrillée de la trame Allton Gradar (fig. 4].

Toutes les trames optiques quadrillées précédentes avaient uniquement des zones claires séparées par des lignes opaques, mais l'A||ton Gradar a quatre valeurs d'opacité. Les ouvertures de trame carrées sont claires. Les deux séries de lignes se croisant a 90° ont chacune des valeurs différentes d'opacité moyenne, et les creriselents de lignes sont des carrés de forte opacité.

L'opacité des lignes s'obtient avec une matière colorante transparente ne diffusant pas Ie magenta.

Des informations détaillées concernant la trame Allton Gradar ont été fournies en Angleterre par Ernst Schumacher, de la Klimsch & Co. de Francfort s/Main, dans un exposé intitulé «Fabrication de négatifs de trames de qualité meilleure ‘a partir d'originaux en noir et blanc», et qui \f_uI ,p.o,mmuniqué a une réunion de |'|Institute of Printing de Londres le 24 janvier 1966 (1) ; plus tard Ia trame fut le sujet d'un rapport de test fait par Eric Chambers [2].

Le seul moyen d'expliquer |'action de la trame Gradar est de considérer les lignes teintes comme un filtre a deux étapes. Les faibles intensités de lumière depuis les parties obscures de |'original ne peuvent traverser que les ouvertures claires ; et pour ces valeurs, la trame agit comme une trame gravée ordinaire.

Dans Ia zone des tons moyens, Ia lumière traverse des ouvertures claires et une série de Iignes, créant un effet de maillons de chaines. Dans les zones de hautes-lumières, la lumière n'est arrêtée que par les carrés opaques des points de croisement des Iignes, produisant de très bons points de hautes-lumières.

La trame Klimsch Allton Gradar est d'une structure plus complexe que la trame gravée ordinaire et les lecteurs devraient consulter les informations détaillées qui ont été publiées. afin de comprendre pleinement son action plutôt complexe.

Mais d'après ces renseignements, cette trame donne une meilleure gradation des hautes-lumières que la trame quadrillée ou que les trames de contact. Quant a la formation de maillons de chaines par la trame dans les teintes moyennes, nous savons déjà qu'une forme en maillons de chaines est un avantage en sérigraphie, car elle adoucit les changements de tons dans la gamme des gris.

Comparée aux trames quadrillées qui requièrent un diaphragme allongé pour produire un maillon de chaine, la trame Gradar limite ses maillons de chaines aux tons moyens ou ils sont nécessaires, c'est-à-dire dans la zone située entre Q 60 °/o et 20% approximativement. En dehors de l celle-ci les points ont une forme normale.

Au sujet des maillons de chaines, certains détails intéressants peuvent être regardés rétrospectivement. Aux débuts de la trame quadrillée, ii arrivait parfois qu'é cause de méthodes de production imparfaites, les deux séries de raies va- 9 riaient légèrement en largeur.

Un maillon de > chaine pouvait alors apparaitre dans les tons moyens, et c'était reconnu comme un défaut, car 3 le motif de damier, avec les points se touchant “pareillement ‘a tous les coins, était considéré comme la formation idéale de demi-tons. A une époque plus lointaine encore, quand les Q trames é lignes simples étaient tournées 5:1 90' pour produire le quadrillage, un maillon de chaine pouvait aisément prendre forme par défaut',3 d'équilibre entre les deux expositions.

Mais encore plus intéressante est une lettre mentionnée par Charles W. Gamble, qu'il reçut en 1926 de,, l'un des plus anciens membres du personnel des ateliers Meisenbach de West Norwood et Londres. Une partie de cette lettre dit: «En 1888, je fis la premiere trame double en une seule opéra. La trame Metzograph était unique en son genre, tion, non deux trames à lignes simples assem- car son action ne dépendait pas de grains opablées; photographiée en une double exposition ques séparés par les parties claires du verre, a partir d'une trame gravée simplement que mais d'une multitude de tres petites cavités granous avions rapportée de Munich. Le résultat fut vées dans le verre.

que Chaque “Q06 étalt Partlellement tl'3nSP3|'9n' Djautres trames a grain irrégulier étaient faites Te 3'5 5 l

‘,,U,|‘S Polnts d'in'feFSeCti0n. les deux ll‘ d'une repartition de «particules éparses» produites partiellement transparentes formaient un tes par des grains de résine ou de bitume ; d'auPOW Carié |'10l|‘- Cette frame Comprenant donc tres types encore, utilisaient la gélatine réticules carrés blanc, des croisements noirs et des |ée_ Les motifs réticulaires sent très intéres. “gnes QHSSS» (3). sants et ils ont certaines particularités qui les A ceci j'ajoute une breve citation empruntée a rendent supérieurs aux particules éparses.

La mon premier article de cette série: «Une partie question entiere des trames a grain irrégulier du progres est de voir ce que l'on peut puiser revét un intérét pour la sérigraphie; aussi, pardans le passé pour mieux l'uti|iser dans le pré- lerai-je dans le prochain article, de quelquessent». unes de Ieurs possibilités sous forme de traBeaucoup d'autres types de trames de verre ont mes de contact été inventés autrefois.





Agrandissement d'une trame pelliculaire

Agrandissement d'une trame pelliculaire dont la cassure du point se fait automatiquement en deux étapes. Les points sont reliés entre eux à la façon de maillons de chaînes parallèles: c'est le «chain-dot» des Américains.




Structure quadrillée d'une trame

La structure quadrillée de la trame Klimsch Allton Gradar montrant les carrés de forte densité aux intersections des lignes magenta transparentes.




Trame réticulaire

Agrandissement d'une trame à forme réticulaire




ÉTIQUETTES:

Demi-tons en sérigraphie, impression, trames optiques



Auteur: Uma
© Copyright 2021. Tous les droits sont réservés.
PARIS : +33 (0) 1 73 79 06 43
info@topautocollants.com

INFORMATION

Devis

Liens

Mentions légales

SUPPORT

Questions fréquentes

Contact

Blog