imprimerie autocollants
Tel: +33 (0) 1 73 79 06 43
info@topautocollants.com
Accueil Societé Blog

Votre fabricant d'autocollants, d'étiquettes et services graphiques.

Sérigraphie de circuits conducteurs

Impression en sérigraphie de circuits conducteurs avec des gazes



Nous publions ce post à mode de divulgation de la histoire de la sérigraphie et arts graphiques en général.

Extrait de la publication de la revue le Tamis de 1967.

En principe, pour l'impression en sérigraphie de circuits conducteurs, seules deux sortes de gazes entrent en considération. Nous citons en premier lieu les gazes en acier inoxydable, ensuite avec beaucoup de restrictions, les gazes en polyester. Le motif c'est qu'il est possible d'obtenir un repérage beaucoup plus précis en utilisant des gazes en acier plutôt que des gazes synthétiques, Des essais ont montré que pour une longueur d'impression de 100 mm il faut tenir compte d'une extension de 0.1 mm avec des gazes en acier et de 0.2 mm avec des gazes en polyester. Tenant compte de ce qu'il faut souvent imprimer des» lignes très fines, parfois de 0.1 mm, il arrive bien des fois que l'on ne peut même pas utiliser une gaze en acier de fabrication courante, son degré d'extension étant excessif. Dans ces cas-là. on utilisera une gaze en acier calandrée, dont l'emploi procure encore d'autres avantages. Disons ici que les gazes en acier calandrées pour châblons sérigraphiques sont brevetées (1).

Que l'épaisseur des gazes métalliques ne corresponde pas au double de l'épaisseur du fil. est chose connue. Des lentes d'air se forment entre le fil de chaîne et le fil de trame, aux points où ils se croisent. D'où l'épaisseur réelle des gazes métalliques est la plupart du temps de 15 à 20% supérieure à la double épaisseur d'un fil, Ce sont ces fentes d'air qui procurent à la gaze métallique son élasticité, inutile ici. C'est la raison pour laquelle les gazes en acier inoxydable sont calandrées. Le calandrage consiste à faire passer la gaze tissée entre deux cylindres d'acier. ce qui réduit l'épaisseur de la gaze de 30W.» à peu pres. La surface de la gaze est alors unie et lisse et il n'y a plus de jeu entre les points d'intersection des fils de chaîne et des fils de trame. Cette opération réduit l'élasticité à un minimum, ce qui permet de réaliser un maximum de précision en fait de repérage, Disons, entre parenthèses. que l'usure de la raclette est sensiblement diminuée si on utilise des gazes calandrées au lieu de gazes de fabrication normale.

Comme l'uniformité d'épaisseur des fils exerce une influence prépondérante sur la netteté des impressions, les fabricants utilisent pour la fabrication des gazes inoxydables. soit des fils dont le diamètre oscille entre 0.D5-0.04 mm avec une tolérance de 1.5 micron, soit des fils de 0,036 a 0,028 mm de diamètre avec une tolérer» ce de 1 micron.

L'attention des utilisateurs est souvent éveillée par la différence de couleur des gazes d'une livraison a l'autre; ils croient généralement que c'est un défaut de fabrication. Ce n'est pourtant pas le cas. Pendant leur extension, les fils inoxydables sont, à plusieurs reprises. chauffés au rouge en passant par des flammes alimentées par des «gaz de protection», comme on les appelle. C'est le volume de ces gaz qui influence la couleur. D'où il est très possible que la couleur des gazes inoxydables verle d'une couleur légèrement brune à une couleur argentée très claire. Ces différences de couleur ne modifient en rien les qualités chimiques et physiques des gazes inoxydables.

Pour une bonne adhésion des films et des liquides de remplissage il faut conseiller les gazes dégraissées à la vapeur. Depuis quelque temps déjà les gazes inoxydables destinées a la sérigraphie sont dégraissées et nettoyées par cette méthode. Le film s'ancre plus facilement sur les surfaces légèrement poreuses par le dégraissage.

Comme il est assez facile d'évaluer les besoins en gazes. il vaut mieux commander des morceaux aux mesures de vos cadres d'impression, plutôt que de commander des rouleaux. Ainsi, a-t-on la certitude de recevoir des morceaux de gaze exempts de tout défaut, ce qui n'est pas toujours le cas lorsqu'on commande par rouleaux. De plus, il n'y a pas de perte, Le choix du numéro de la gaze convenant le mieux pour un travail déterminé, dépend en premier lieu du degré de difficulté que présente l'impression du circuit. Plus les lignes sont fines, plus petites seront les tolérances permises, plus fine aussi sera la gaze a choisir.

Des essais ont montré qu'on pouvait obtenir de très bons résultats avec la gaze VA 130, 325 fils, 43 microns de maille et une épaisseur de fil de 0,08 mm; en utilisant la gaze VA 100, 254 fils, 60 microns de maille, mais dont l'épaisseur du fil a été réduite 0,07 mm par le calandrage, le résultat obtenu était beaucoup meilleur que dans le premier cas. On peut faire la même chose avec la gaze VA 130, 325 fils. mais un autre avantage de la VA 100 est son tissage conjonctif. grâce auquel chaque fil est lié, tant en direction de la trame, qu'en direction de la chaîne, ce qui n'est pas le cas avec un tissage à fils croisés. ou chaque fil, tant de chaîne que de trame, est croisé par un autre fil. Leur jonction étant parfois très faible, la netteté de l'impression peut en pâtir.

On a coutume d'étudier les offres faites tant au point de vue des qualités techniques qu'au point de vue des prix. Comme nous l'avons dit au début, on peut aussi utiliser des gazes en polyester pour l'impression de circuits conducteurs, mais suite aux lignes ci-dessus, on comprendra que l'on ne pourra jamais obtenir les excellents résultats auxquels on parvient avec les gazes inoxydables. Quant au prix, les gazes polyester sont plus avantageuses. La différence est due au fait que les procédés de fabrication sont totalement différents.

On sait que le polyester est tire' à travers de petites ouvertures et que par un procédé d'extension le diamètre en est porté ‘a la dimension voulue, La tolérance des monofilaments n'est en aucune façon comparable à celle des fils des "gazes inoxydables. Comme, en outre, ces opérations se font en continu, il est clair que la fabrication des fils de polyester revient à un prix sensiblement plus bas que celle des fils métalliques. De plus, le tissage du polyester se fait sur des machines travaillant ‘a grande vites» se. Il en est autrement des gazes inoxydables. Le fil est d'abord fabriqué dans une épaisseur d'environ 6 mm. réduite ensuite à 2 mm par un procédé d'extension. Ce n'est qu'après 60 à 70 tractions et 3 chauffages au rouge que l'on atteint un diamètre de 0,035 à 0.028 mm. La longueur de ce travail, souvent interrompu, fait que le kilo de fil pour des diamètres toujours plus petits, est d'un prix qui semble prohibitif ‘a de nombreux sérigraphes.

La vitesse du tissage des gazes inoxydables oscille entre 45 et 25 tours par minute; les fils d'un diamètre de 36 et surtout de 28 microns ne permettent pas une grande vitesse, car la qualité en souffre grandement.

En résume. on peut dire que la gaze de polyester convient également pour la confection de châblons sérigraphiques destinés ‘a l'impression de plaques conductrices. Cependant. lorsque des conditions sévères seront imposées quant à la qualité de l'impression, on préférera toujours les gazes inoxydables calandrées.





Le Tamis

Le Tamis, revue datant de 1952, sort son premier numéro de la 16e année en 1967. Le sujet est le suivant : la sérigraphie. Cette revue a pour but de promouvoir l'expansion de leur procédé.




ÉTIQUETTES:

Sérigraphie, Sérigraphie avec gazes



Auteur: Clemence
© Copyright 2021. Tous les droits sont réservés.
PARIS : +33 (0) 1 73 79 06 43
info@topautocollants.com

INFORMATION

Devis

Liens

Mentions légales

SUPPORT

Questions fréquentes

Contact

Blog